Une économie active et développée 

Le paysage économique réunionnais est celui d’un pays développé, en termes de législation, pratique des affaires, productivité, technologies… Le tertiaire est le principal moteur de l’économie insulaire avec la présence de grands groupes, de plusieurs sociétés cotées en bourse, d’une Technopole, d’un pôle de compétitivité.

Le développement du tourisme est également une priorité pour l’île. Environ 400 000 personnes optent chaque année pour la destination Réunion.
Le territoire dispose de belles perspectives de croissance dans ce domaine et de grands projets d’aménagement touristiques sont à l’étude. La Réunion fait également partie des Iles Vanilles qui, avec l’Ile Maurice, Madagascar, les Seychelles, Les Comores et Mayotte offrent un choix de destinations variées et complémentaires au sein de la même zone.
L’agriculture et l’élevage se sont diversifiés et couvrent aujourd’hui 75 % des besoins de l’île en produits frais.
C’est l’agence Nexa qui assure la promotion économique du territoire hors des frontières de La Réunion et l’IRT pour la promotion touristique.

Un taux de croissance supérieur à celui de la métropole

L’économie de l’île a affiché depuis les années 70 et jusqu’en 2008 un taux croissance aux alentours de 5 %  surfant sur le développement d’une forte production locale réduisant le volume des importations.
Malgré le contexte mondial dégradé (et ses conséquences sur l’emploi notamment), la croissance demeure supérieure à celle du territoire national : 1,2 % en 2011 et 0,7 % en 2012 pour un PIB qui s’établit à plus de 16 milliards d’euros. Elle est soutenue par une reprise de l’investissement et de la consommation, le recul de l’inflation contribuant dès 2012 à une amélioration du pouvoir d’achat des ménages (INSEE TER 2014).

Une présence marquée des grands groupes

Dans la plupart des secteurs, de grands groupes nationaux et internationaux se révèlent des acteurs engagés de l’économie de l’île : Casino, E. Leclerc, Auchan, Carrefour, Leroy Merlin, Décathlon… Orange, SFR, Numéricable, Canal Sat, Mediaserv, Zéop… Vinci, Bouygues, Eiffage… BNP, Société Générale, Crédit Agricole, Caisse d’Epargne, Sorefi, Groupama, Axa… Toyota, Ford, PSA, VAG, Mercedes, BMW… EDF, Total, Albioma (Séchilienne-Sidec), Véolia… La Réunion est par ailleurs le département français qui compte le plus de médias (presse écrite, audio-visuelle, online), après Paris.
Dans le secteur du financement, les établissements publics Caisse des Dépôts et Consignations et AFD (Agence Française de Développement) sont les acteurs majeurs pour le financement des entreprises.

Des domaines d’excellence

La Réunion fait figure de fer de lance dans plusieurs domaines, considérés comme stratégiques pour son développement et potentiellement celui du territoire national.

Un pôle de compétitivité, Qualitropic, oriente progressivement le territoire vers son modèle économique de demain basé sur l’innovation dans les secteurs de la bioéconomie. Pipangaï, studio de production 3D a acquis une renommée mondiale. Le Cyclotron du Cyroi (le seul de la zone) assure des missions de R&D comme de santé publique, y compris au niveau régional. Beauséjour, réalisée par CBo Territoria, est l’une des premières villes durables développée en milieu tropical… La Route des Tamarins, 4 voies express reliant l’ouest au sud de l’île et livrée en 2010 présente des complexités uniques en raison du relief et compte plus de 120 ouvrages d’art sur moins de 40 km… L’Université de La Réunion accueille et forme plus de 13 000 étudiants chaque année…

Le secteur privé n’est pas en reste et de nombreuses entreprises réunionnaises exportent leur savoir-faire, à l’image de Bourbon. Longtemps premier groupe sucrier de l’île, ce groupe réunionnais s’est reconverti pour devenir l’un des leaders mondiaux de l’offshore pétrolier avec plus de 11 000 collaborateurs, 500 navires sur 50 pays.

La révolution de l’énergie verte

La Réunion n’a ni gaz ni pétrole. Mais elle a de l’eau, de l’air, du soleil et de la biomasse. Le projet Energies Réunion, né du Grenelle de l’Environnement sous l’appellation originelle de GERRI, garde pour objectif une autonomie énergétique de l’île à horizon 2030.
Véritable laboratoire dont les avancées bénéficient au territoire national dans ses perspectives de transition énergétique, La Réunion dispose par exemple du second parc de chauffe-eau solaires en Europe après la Crête. Les énergies renouvelables (hydraulique, éolien, photovoltaïque…) représentent aujourd’hui 30 % de la production électrique.